"Nous n’avons jamais demandé la démission du ministre"

Belga
mar. 05/03/2013 - 13:29 L’annonce de la démission du ministre des Finances Steven Vanackere a engendré de nombreuses réactions. Alors que le Premier ministre Elio Di Rupo a dit regretté cette décision, la N-VA a souligné ne jamais avoir demandé la démission du ministre mais bien plus de transparence. Pour le parti Ecolo, la Belgique ne peut se permettre le luxe d’une vacance aux Finances.

Le parti d'opposition N-VA a pris acte de la démission du Vice-Premier ministre CD&V Steven Vanackere. Le chef de groupe à la Chambre, Jan Jambon (grande photo), souligne que son parti n'a jamais demandé la démission du ministre, mais bien de la transparence dans le dossier autour de Dexia/Belfius et de l'ACW. La N-VA maintient sa demande concernant la mise sur pied d'une commission d'enquête parlementaire.

"Si le ministre juge qu'il n'est plus en état de fonctionner et décide individuellement de se retirer, nous respectons cela", a indiqué M. Jambon dans un communiqué. "La N-VA n'a toutefois jamais demandé la démission du ministre Vanackere, ou suggéré qu'il aurait fait quelque chose qui doive entraîner sa démission. Nous avons demandé de la clarté et de la transparence dans le dossier Dexia/Belfius et le rapport avec l'ACW. Les décisions qui ont été prises dans ce dossier par ce gouvernement, mais surtout par le précédent, doivent être examinées. Le contribuable a le droit de savoir ce qu'il est advenu de ses impôts", déclare M. Jambon.

La N-VA continue à insister pour qu'une commission d'enquête parlementaire soit mise sur pied. "Car les questions continuent de s'accumuler. La N-VA appelle les partis du gouvernement à soutenir la commission d'enquête parlementaire en commission des Finances", a-t-il ajouté. Aux côtés de la N-VA, les partis flamands de l’opposition réclament également la mise en place d’une telle commission.

Un luxe que la Belgique ne peut se permettre

Après la démission de Steven Vanackere, l'urgence est à présent, aux yeux d'Ecolo, de "désigner un ou une ministre capable de prendre à bras le corps, de façon immédiate et volontariste les dossiers essentiels qui sont gérés par le Cabinet des Finances".

La chef de groupe à la Chambre Muriel Gerkens et le député Georges Gilkinet ont égrené quelques-uns de ces dossiers essentiels. Selon eux, "le déséquilibre des finances publiques et les récentes très mauvaises nouvelles reçues sur le plan économique ont montré l'urgence de rendre la fiscalité belge plus juste et plus efficace". Il est également "nécessaire de réorganiser le SPF Finances et de remotiver ses milliers de travailleurs", "essentiel de faire de Belfius une banque durable et différente", et "impératif d'oeuvrer activement à la réforme en profondeur du secteur bancaire".

Ecolo a pris acte de la décision de démission de Steven Vanackere. "Si les raisons lui appartiennent, la démission d'un vice-premier ministre, au-delà de ses conséquences pour la stabilité du gouvernement fédéral, est particulièrement dommageable pour l'image de la Belgique et pour sa capacité à peser réellement dans les discussions en cours au plan européen, que ce soit par rapport aux enjeux budgétaires, à la réforme du secteur bancaire ou à la taxe sur les transactions financières", ont jugé les Verts.

Elio Di Rupo prend acte "avec regret"

Le Premier ministre a dit avoir pris connaissance "avec regret" de la décision de Steven Vanackere de démissionner de son poste. Elio Di Rupo précise qu'il respecte cette décision personnelle, dont il a été informé préalablement mardi matin.

Le Premier ministre remercie M. Vanackere "pour l'énorme travail accompli dans des circonstances politiques et économiques difficiles" et "salue la contribution essentielle qu'il a apportée à l'équipe gouvernementale".

De son côté, le CD&V a remercié son ministre. "Les accusations et insinuations persistantes et infondées font payer un lourd tribut. Elles ont mené Steven à prendre la décision personnelle qu'il n'était plus possible pour lui de fonctionner de cette manière. Cette décision témoigne d'un grand courage et obtient notre grand respect", indique le CD&V dans un communiqué. Le parti de Wouter Beke a encore rappelé que Steven Vanackere avait été il y a quelques mois salué par le Financial Times comme étant le ministre des Finances le plus fiable de la zone euro.


Egalement paru: